24/04/2018

La fin d'une aventure

Cette plateforme fermera ses portes d'ici la fin du mois de mai.

Tout le contenu de ce site est désormais transféré sur

https://aurisquedeseperdre.wordpress.com/

03/03/2018

Novitiate : à côté de la plaque

 

Le film est sorti en 2017 et peut se voir en streaming sur la toile : Novitiate. Il raconte le parcours d'une jeune fille qui rentre dans un monastère de contemplatives y fait son postulat et son noviciat puis voit naître des doutes sur sa vocation.

Les questions de fond méritaient d'être traitées : les changements qu'ont entraîné le concile Vatican II dans la vie religieuse, le problème des manques affectifs, surtout chez des candidats très jeunes, dans les couvents et les dérapages que cela peut entraîner, les pénitences et les mortifications.

Malheureusement, la scénariste a enchaîné invraisemblance sur invraisemblance, ce qui donne un joyeux portnawak pour qui connaît le milieu où se passe l'histoire. La liste des erreurs n'est pas très compliquée à dresser.

On  commence par le début du film où l'on voit des femmes entrer tête nue dans une église, ce qui était impensable à l'époque où l'action est sensée se passer, 1964. Impensable également pour une jeune fille de cette époque de ... laisser pendre ses cheveux. Ben oui, une demoiselle bien éduquée les attachait pour ne pas passer pour une moins que rien.

La demoiselle rentre au couvent, un couvent de contemplatives. Mais la mère supérieure n'a pas jugé bon d'informer ses ouailles que le concile Vatican II a débuté. Un peu gros à avaler. Quand le concile s'est ouvert, on ne savait pas encore à quoi il allait aboutir. Le pape et les évêques ont demandé explicitement aux religieuses, surtout aux contemplatives, de prier pour le bon déroulement du concile. On voit donc mal pourquoi et comment une supérieure n'en aurait rien dit à ses soeurs.

Et si l'idée saugrenue lui était venue à l'esprit de le faire, le prêtre chargé de dire la messe et de prêcher n'aurait pas manqué d'y faire allusion dans ses sermons. La seule chose qu'il était permis et même conseillé de lire à l'époque dans les couvents les plus fermés, c'était l'Osservatore romano, le journal du Vatican. Même dans les carmels derrière les voiles et les doubles grilles, on suivait les actes du Concile.

 

Parlons des costumes qui tiennent à la fois du carnaval et du défilé de mode pieuse. Les postulantes s'en vont, les cheveux lâches, en coiffant juste leur voile pour entrer à l'église. Les novices ne portent pas de guimpe, alors que les professes en ont. Allez savoir pourquoi. La supérieure porte un bandeau et une barbette made in XVIe siècle en plus de sa guimpe. A l'époque les postulantes portent constamment leur petit voile sur des cheveux noués. Les novices ont la même coiffe que les professes, supérieure comprise, seul le voile diffère de celui des professes, par sa couleur, sa coupe ou la matière dans lequel il est fait.

 

On voit les candidates ôter leur chemisette pour mettre leur robe comme si on l'a portait sur la peau nue, ce qui est loin d'être le cas dans la vraie vie où on n'aimait accumuler les couches de vêtements. Ces chemisettes n'ont pas de manches, impensables pour des religieuses. Une religieuse ôte sa coiffe en cellule, on voit des cheveux mi-longs alors qu'ils devraient être coupés courts ou du moins bien noués. Quand on voit les soeurs de communauté défiler, on aperçoit leurs cheveux qui sortent de leur guimpe. Ce qui est considéré comme un manque de tenue à l'époque.

 

Question manque de tenue, on verra les postulantes s'asseoir à même le sol dans les couloir ou négligemment sur un muret, comme des ados contemporaines. Tout simplement impensable dans un couvent dans les années soixante.

 

La maîtresse des postulantes est une jeune professe. Normalement ce rôle est attribué à une religieuse expérimentée. On annonce aux postulantes qu'elles feront un noviciat de dix-huit mois avec des premiers voeux. Le noviciat dure un an ou deux, il débute par la prise d'habit et  non par des voeux. Les voeux se font à la première profession, après le noviciat pour une période de trois ans (ou trois fois un an) au minimum.

 

A aucun moment on ne voit les religieuses réciter l'office divin, la liturgie des heures. On ne parle que de messe comme si c'était le seul moment où les soeurs vont à l'église !   La supérieure annonce que le prêtre dit la messe dos au peuple et en latin, comme si c'était une nouveauté, alors qu'à l'époque cela se faisait partout comme ça.

 

Une des postulantes raconte que c'est le film "Au risque de se perdre" qui l'a motivée à entrer au couvent, Audrey Hepburn y incarnant "une sainte". Or ce film raconte l'histoire d'une religieuse qui n'arrive pas à se plier aux usages des couvents et finit par s'en aller, on voit mal comment l'argumentation de la postulante tient debout.   

 

Erreur récurrente dans ce genre de film : le nombre de postulantes et de novices, comme s'il en pleuvait. Dans un monastère autonome, le noviciat représente rarement plus d'un tiers des effectifs. 

 

Passons à la personnalité de la supérieure. Soyons clair : si jamais une supérieure se comporte comme ce personnage, c'est qu'elle est  déséquilibrée. Les soeurs de communauté seraient en droit, ou plutôt en devoir de prévenir l'évêché pour qu'elle soit démise de ses fonctions.

 

Au début du film, la supérieure accueille les candidates avec un petit discours, puis termine en demandant s'il y a des questions. Une des jeunes filles lève la main. Ma soeur, les postulantes n'ont pas de question, déclare la supérieure, prenez vos affaires et rentrez chez vous. Quelle supérieure irait tendre un piège de ce type à une candidate ?

Dans une autre séquence, la supérieure réprimande une postulante qui l'a saluée à haute voix pendant le grand silence. Elle tonne, vocifère, alors qu'elle ne se tient pas à elle-même à grand silence comme le lui fait  remarquer l'infortunée candidate. Puis elle oblige la jeune fille à marcher à quatre pattes en priant  des Je vous salue Marie et continue à la réprimander parce que la pauvre prie à haute voix.  La séquence d'après, on apprend que la postulante a été renvoyée  parce qu'elle ne savait pas se taire.

A moins d'être folle, aucune supérieure ne se comporte comme ça. Un geste de la main pour faire taire la distraite, une remarque quand le grand silence a cessé suffisait. Surtout qu'il s'agit d'une postulante, c'est à dire d'une candidate en phase d'acclimatation. Marcher à quatre pattes, en plein air, est une pénitence indiscrète et d'un autre âge, même dans les années soixante. Encore une fois, on ne devait pas l'imposer à une postulante envers qui on doit être plus indulgente.

 

On voit la maîtresse des postulantes faire répéter indéfiniment, dans quel but ? on l’ignore, la même phrase recto tono à ses dirigées. Au même moment, trois religieuses débarquent au choeur et intiment à deux postulantes de les suivre. Elles sont renvoyée illico parce qu'elles auraient eu une amitié particulière, elles se seraient trop recherchées mutuellement.

 

Il est plausible qu'on renvoie des candidates pour ce genre de motifs, mais dans ce cas, on les convoque à un moment opportun, on ne va pas les faire chercher en pleine répétition devant toutes les autres, comme on arrête un délinquant.

 

Suite à ces incidents, la maîtresse des postulantes décide de quitter le couvent. Elle l'annonce à ses dirigées mais assure qu'elle restera membre de l'Eglise catholique. Dans les faits, pour quitter le couvent, à cette époque, elle aurait besoin d'un indult de sécularisation ou du moins d'exclaustration. Partir sans cela, c'était se mettre en faute. Une telle démarche prend du temps. De plus, dans les années soixante, quand on part, c'est par la petite porte, sans faire de bruit.

 

 

Pour la prise d'habit, on entend le requiem de Faure et on a droit au fameux épisode du catafalque qui recouvre les novices. Le requiem se joue aux enterrements, pas aux prises d'habit, le catafalque, là où il était utilisé était réservé aux professions perpétuelles.  La prise d'habit ressemblait à un mariage et la profession à une mort au monde.     

 

Le soir de la vêture, les novices vont au font du jardin, en robe de mariée et tête nue sautiller autour d'un feu et chanter qu'elles ont épousé Dieu. Quand on prend l'habit, on le garde, on ne s'habille plus ensuite en mariée. Le soir, c'est le fameux grand silence que la supérieure tient à faire respecter.

 

D'ailleurs plus de maîtresse des novices ! La maîtresse des postulantes étant partie, c'est comme si ce poste était déserté. Mais il y avait des novices au début du film, qui s'occupait d'elles ? La supérieure va reprendre cette charge, semble-t-il. Elle instaure un chapitre des coulpes ahurissant.

 

Un vrai chapitre des coulpes se tient assis dans des rangées de stalles face à face, au chapitre, ou debout en demi-cercle, mais pas à genoux. La maîtresse des novices doit préparer les candidates à cet exercice, leur expliquer le déroulement des coulpes, leur donner le temps d'examiner leur conscience.

 

Le chapitre des coulpes est le moment où l'on s'accuse de manquements extérieurs, de manquements aux règles. ce n'est pas une confession publique. Les soeurs viennent à tour de rôle s'agenouiller au centre pour s'accuser de ces manquements et elles reçoivent une pénitence. Ces pénitences sont proportionnées à leur avancement en religion, au fait que la coulpe soit légère ou grave, occasionnelle ou récurrente.

On est loin du cirque que dépeint le film  où les pauvres filles se retrouvent à genoux sans trop savoir ce qui leur arrive, se déplacent à genoux, sont pressées d'accuser leurs mouvements intimes de leur vie spirituelle et se  livrent à des règlements de compte. Si on a donner la discipline en pénitence jusqu'au XVIIIe siècle, c'était pour des fautes extrêmement graves et l'usage s'est perdu au siècle suivant. 

 

La discipline est un usage institutionnel dans les monastères de l'époque. Les soeurs la prennent à certains jours fixes, pendant un temps déterminé, le temps de tel ou tel psaume. Les novices sont progressivement initiées à ces pratiques de pénitence. Aux antipodes de ce que dépeint le film.

 

Quand une soeur veut faire pénitence en prenant la discipline, elle ne ne le fait pas pour telle ou telle faute précise commise mais parce qu'elle fait pénitence pour tous les pécheurs qui ne le font pas. Elle n'a pas à se justifier, juste à demander la permission. Toutes les soeurs ont leur discipline propre. On ne va pas demander l'unique discipline du monastère à la supérieure.

 

Passons aux changements que le concile a entraîner dans la vie religieuse. Il y a encore de nos jours des monastères où le concile n'a eu qu'un seul impact : l'heure à laquelle on dit tel ou tel office. Le concile ne demandait qu'une chose aux religieux : adapter leur habit religieux, si besoin en était, rien d'autre.  La vérité des heures canoniales a été  imposée à toute l'Eglise. Le fait de pouvoir les dire dans la langue vernaculaire était une possibilité pas une obligation. Le scénariste n'a pas lu Perfectae Caritatis de toute évidence.

 

Donc un archevêque qui fait des suggestions qui sont des obligations à une supérieure dans le déni pour adopter les mesures du concile, c'est de la science-fiction. Là où les monastères ou les congrégations ont opéré des changements, cela a été le fait de la communauté qui a révisé certains usages, les a adaptés aux circonstances de lieu et d'époque.  Le discours que tient la supérieure à ses subordonnées annonçant que les soeurs ont le droit de ne plus porter d'habit si elles le désirent est du grand n'importe quoi. Ces décisions se prennent collectivement pas individuellement.

 

Revenons à notre jeune héroïne en proie à ses hormones. Si elle veut se donner la discipline c'est parce qu'elle sent des désirs bien charnels se manifester, mais on ne la voit en parler à personne, surtout pas à la supérieure, mais pas non plus au confesseur, le grand absent de ce film. Elle se met à jeûner sans que personne n'y voit à redire.

 

La hantise de l'anorexie est un fait bien établi dans les couvents. Un bon appétit est gage de vocation, personne, surtout pas une novice ne peut se mettre à jeûner sans permission. Laisser une candidate s'affamer, ça relève aussi de la science-fiction, ou de la dérive sectaire. La mère de l'héroïne qui a d'abord vu sa fille au parloir, avec grille, au début du film est reçue ensuite, Dieu sait pourquoi, dans un salon. Elle s'insurge quand elle voit sa fille dépérir.

 

Au fait, cette fille est mineure et n'est là qu'avec la permission parentale. Pourquoi sa mère ne la reprend-elle pas chez elle, surtout qu'elle est agnostique ? Une autre fantaisie du scénario. La mère supérieure reçoit  la mère inquiète dans son bureau alors qu'elle devrait la voir au parloir pour les mêmes raisons de fantaisie scénaristique. Et toujours à moins d'être folles, les religieuses n'exigent pas de leur interlocuteur de leur donner les titres qu'elles portent en religion. Il n'y a rien d'impoli d'appeler "madame", une religieuse.

 

On continue avec le summum de l'aberration quand la candidate avoue publiquement avoir eu une relation saphique avec une autre novice. Un tel aveu devrait entraîner le renvoi immédiat de la novice qui n'est tenu par aucun lieu. Ce genre d'aveu n'a d'ailleurs pas sa place au chapitre des coulpes mais dans le confessionnal et dans le bureau de la supérieure. Au lieu de cela, on verra la jeune fille admise à la profession mais qui au lieu de faire de ses vœux annonce qu'elle cherche "autre chose". Pourquoi se rendre alors à la cérémonie ?

 

Le film s'achève avec le générique où l'on dit que le Concile a entraîné le départ de beaucoup de religieux, ce qui est vrai. Mais quel rapport avec le film ? Novitiate est la vie religieuse ce que Les bidasses en folie sont à l'armée.   

 

Ce qui est irritant, ce n'est pas que le film parle d'homosexualité ou de pénitences idiotes.  Ce qui est irritant c'est qu'il  traite d'un sujet qu'il ne maîtrise pas faute de documentation appropriée alors que de vrais dérapages et dérives sectaires ont lieu actuellement dans certaines congrégations et dans certains couvents sans que personne ne pense à en faire un film.   

A cette adresse sur le blog jumeau :
Là les commentaires ne sont jamais fermés. ;)                                         

28/09/2017

Commentaires

Pour une raison inhérente à l'hébergeur et indépendante de ma volonté, les commentaires sont fermés après six mois.

Cette page vous permet de réagir au contenu des articles postés précédemment.

Le blog jumeau de celui-ci garde les commentaires ouverts.

13/11/2016

Revue de presse et mise au point : plainte contre une supérieure à Simacourbe

Cela en fait des remous en peu de temps . Dommage qu'il ait fallu toutes ces années avant que l'on commence à réagir !

 

C'est la réaction d'une ancienne carmélite de Matagne-la-petite à qui je venais de faire parvenir plusieurs coupures de presse. Parmi celles-ci, il y avait un article d'un quotidien belge. Même si ce journal n'est pas de la meilleure presse, il a tout de même le mérite de relater les faits.

 

Je commencerai par commenter la réaction de l'évêque de Bayonne et reprendre la réponse faite au commentaire de Victorine, au billet précédent.

C'est vrai, les journalistes résument et parfois déforment faute d'avoir suivi l'affaire depuis le début. Il leur faut condenser un maximum d'informations dans un article qui ne peut faire qu'un nombre limité de lignes et ils dépendent des plusieurs sources.


Je voudrais attirer votre attention sur le fait que l'évêque se garde bien d'évoquer la situation de la supérieure de Simacourbe avant d'arriver à Montgardin.

Parce que tout le noeud de l'affaire est là : Pourquoi trois carmélites belges se sont-elles retrouvées dans le sud de la France et qu'est-ce qui les a poussé à demander d'être relevées de leurs voeux ?

Vx cloître  tag.jpg


Je vous livre ce que je tiens de témoins directs de ce qui s'est passé en Belgique.
En 1993 le vicaire épiscopal chargé des affaires canoniques au diocèse de Namur a constaté que la prieure de Matagne-la-petite s'accrochait au pouvoir.

Un article paru dans Sudpresse revient sur ce point. Si ce journal prête souvent le flanc à la critique, du moins, le journaliste a pris la peine d'interroger le vicaire épiscopal. Je relaterai ses paroles plus avant.


Alors qu'elle n'était pas rééligible, elle a poussé les soeurs a voté pour elle. Pour cela, elle avait besoin d'une dérogation venant de Rome, ce qu'on appelle une postulation. Lors de sa précédente élection qui avait nécessité une telle dérogation, Rome lui avait signifié que ce serait la dernière fois qu'il lui accorderait.

Le résultat des élections de 1993 a été refusé par Rome qui a nommé une autre soeur au mandat de supérieure.
Parallèlement, le vicaire épiscopal a recueilli des témoignages de personnes ayant séjourné dans ce couvent et qui relataient ce que vous avez pu lire dans la presse française : emprise mentale, personnes subjuguées, horaires déséquilibrés, surcroît anormal de travail.

Après quelques mois, la prieure nommée par Rome, qui avait accepté à regret ce poste, a remis sa démission. La nouvelle et l'ancienne prieures ont alors demandé aux pères carmes d'effectuer une visite du couvent. L'évêque de lieu a adressé la même demande à Rome.

Ces deux demandes conjointes ont abouti à une visite apostolique au cours du printemps 1994.

Une visite apostolique n'a rien d'anodin, c'est une contrôle qui ne s'exerce plus par le supérieur direct du carmel (dans ce cas, l'ordinaire du lieu, l'évêque) mais directement par Rome.
Cette visite a eu pour conséquence qu'au mois de septembre 1994 l'actuelle prieure de Simacourbe est priée de se retirer dans la communauté de son choix.

On retrouve l'actuelle prieure du carmel de Simacourbe quelques mois plus tard non pas dans un autre carmel, ce qui lui avait été demandé, mais dans la nature, où elle reçoit l'appui de certains religieux et de Mgr Lagrange.
Qui plus est, elle n'est pas seule, mais elle a entraîné deux autres soeurs avec elle, deux soeurs à qui Rome n'a pas demandé de partir, deux soeurs qui auraient dû rester dans leur couvent.

Personne n'empêchait l'actuelle prieure de Simacourbe de se retirer dans un carmel dit des constitutions A (une branche minoritaire et conservatrice). Elle n'avait pas besoin de se faire relever de ses voeux pour passer d'un carmel des constitutions B (branche majoritaire) à un carmel des constitutions A.
Rome ne demandait pas aux deux autres de partir avec elle.

Je vous laisse le soin de lire entre les lignes.

Mais je me permets de vous rappeler qu'en novembre 2001, le journal Le Dauphiné Libéré a relaté la mésaventure d'une jeune fille qui est sortie de la communauté de Montgardin qui se prétendait un carmel mais n'en était pas un, dans un état de délabrement psychologique avancé. (Dauphiné Libéré le 25 novembre 2001, signé par Emily Imbert. Vous pouvez vous procurer cet article pour une modique somme aux archives du journal)

 

 

article sudpresse.jpg

Le quotidien belge s'est penché sur les antécédents belges de la supérieure mise en cause. Que lit-on danse l'article du 24 octobre paru dans Sudpresse, signé Pierre Nizet ?

Cette soeur n'avait plus le droit d'exercer son mandat [de prieure] à la tête du carmel de Matagne-la-petite.

Comme je l'ai écrit plus haut, les journalistes condensent souvent et déforment parfois. Si cette phrase est noyée et mal à sa place dans l'article, elle vient tout de même d'un des acteurs principaux de l'époque, à savoir le chanoine Jean-Marie Huet, ce chanoine qui, au diocèse de Namur avait levé le lièvre.

"Des loups dans la bergerie, il peut y en avoir partout", dit le chanoine Huet ."J'avais vite perçu le malaise. On lui reprochait  déjà à l'époque, un manque de liberté à l'égard des religieuses un travail excessif et des conditions de vie spartiates pour les sœurs plus âgées."

Et de commenter :

"A l'époque, Mgr Léonard avait très vite réagi. Ce qu'on reprochait à la sœur semble continuer. Je suis surtout triste pour les religieuses qui souffrent ou ont souffert."

Deux anecdotes très révélatrices de la personnalité de la personne mise en cause sont relevées. Je vous les cite car elles ont été attestées par des témoins directs.

[Soeur J, l'ancienne prieure] avait fait une crise d'hystérie dans son bureau [de l'évêque] et avait poussé des cris suraigus à tel point que les chanoines sont sortis de leur bureau pour voir ce qui se passait.  

Elle avait accusé André Léonard qu'elle adulait peu avant, d'être contre elle. Elle avait mis au tiroir le portrait de lui qu'elle avait accroché au mur.

D'après les anciennes de Matagne, ce portrait trônait dans le bureau prioral, c'est la dernière prieure de Matagne qui l'a trouvé dans ce fameux tiroir. Le portrait mis au rebut avait été remplacé par celui du père général des carmes déchaux, censé "la protéger contre l'évêque". Les termes "être contre elle" est une expression ipsa verba, attestée par les mêmes témoins.

 

Maintenant penchons-nous sur ce qui est inexact dans l'article.

"On lui reprochait de rendre folles les soeurs" et plus loin "Plusieurs soeurs belges sous l'emprise de soeur Joanna étaient passées par la case hôpital psychiatrique dans les années 90"

Non, personne n'a sombré dans la folie et aucune sœur n'a dû séjourner dans un établissement psychiatrique. Par contre les jeunes soeurs ont craqué nerveusement, les unes après les autres. L'une d'elle a dû suivre une thérapie pendant un an et demi. Elles ont toutes eu besoin de prendre du recul et du repos. Certaines des sœurs âgées avaient une médication très lourde. Une fois qu'elles ont rejoint les communautés où elles ont achevé leur vie religieuse, les médecins de ces carmels ont allégé cette médication où les psychotropes avaient pris une part trop importante.

Chancellerie romaine domaine public.JPG

chancellerie romaine

 

Autre erreur récurrente qu'on relève sur différentes plateformes c'est le fameux "Le carmel de Matagne-la-petite avait été fermé pour des raisons de non-obéissance à l'autorité". Cette phrase est reprise de quotidien en quotidien alors qu'elle totalement fausse. D’ailleurs Pierre Nizet se contredit quand il poursuit "Plus personne, parmi les sœurs restantes, n'était en mesure de continuer." Voilà qui est conforme à la réalité.

Seules trois sœurs avaient embrassé une attitude de désobéissance à l'autorité non pas épiscopale mais romaine. Les journalistes attribuent un peu trop vite tous les pouvoirs à l'évêque du lieu, à savoir André Léonard. Une fois que celui-ci a demandé une visite apostolique, il s'en est remis à l'autorité supérieure, c'est à dire le saint-siège, le pape à travers ceux qu'il a délégué, la congrégation romaine pour les religieux.

La principale intéressée était toujours dans la nature au lieu de d'avoir rejoint la communauté de son choix plusieurs mois après la conclusion de la visite. Et les deux sœurs qui l'avaient suivie avaient quitté la clôture monastique sans aucune permission.

Le reste de la communauté a bel et bien obéi à l'autorité ecclésiastique. Les sœurs ont accueilli la prieure que Rome avait nommée et lui ont accordé leur confiance alors qu'elles étaient sous le choc, à cause du départ des trois autres sœurs. Ces sœurs ont essayé de reprendre une authentique vie carmélitaine avec l'aide de la nouvelle supérieure dont je n'ai recueilli que des louanges. Mais elles ont été rattrapées très rapidement par la réalité : les forces vives étaient épuisées. C'est le chapitre du monastère qui a demandé à l'évêché de pouvoir dissoudre la communauté. Les sœurs ont rejoint ensuite d'autres communautés pour poursuivre leur vocation.

 

Permettez-moi ce coup d'humeur : Claire Lesegretain commet une grave erreur quand elle écrit dans un article du 19 juillet 2014 publié par le journal La Croix que le carmel de Simacourbe se trouvait avant à Montgardin et encore avant à Matagne-la-petite. Madame, vérifiez vos sources ! C'est très irrespectueux pour les soeurs de Matagne-la-petite qui sont restées fidèles à leurs voeux, ont persévéré dans l'obéissance et ont achevé leur vie religieuse dans un carmel authentique. La communauté sise à Montgardin n'était pas un carmel. Ce couvent a été désavoué par Jean-Michel Di Falco et la communauté de Matagne-la-petite a été dissoute à sa demande.

 

 

première page causette capture d'écran.jpg

 

Un autre article est paru dans le magasine Causette (no72) début novembre, signé Antton Rouget. Le journaliste s'est très bien documenté. Il a rencontré les famille des soeurs, inquiète pour leur parente. Il décrit l'état lamentable dans lequel se trouve certaines religieuses de Simacourbe. Leur personnalité a complètement changé. Elles sont devenues mièvres, éteintes, dépressives. Certaines tiennent des propos qu'on croirait sortis tout droit du XIXe siècle. Le journaliste évoque leur entrée précipitée dans ce carmel qui n'en était pas encore un, l’absence de période de discernement et les industries troubles d'un prêtre recruteur.

 

Après avoir retracé le parcours chaotique de la prieure mise en cause, il pointe la coupure avec l'extérieur, l'isolement dans lequel sont plongées les sœurs, les soupçons de négligence en ce qui concerne la santé des religieuses et l'opacité des comptes. En effet, les allures que prennent les bâtiments, soulèvent pas mal de questions : d'où viennent les fonds ? La prieure interrogée évoque de généreux donateurs.

 

Je suppose que certains se poseront la question de savoir si la coupure avec l'extérieure n'est pas inhérente à l'ordre du carmel. La vie cloîtrée va de pair avec un certain retrait du monde. C'est bien que prêchera la prieure. Mais la clôture monastique n'implique pas un isolement tel qu'il fragilise ou infantilise. D'autres articles révèlent que la prieure a la fâcheuse manie de semer la suspicion dans l'esprit de ses subordonnées ce qui les empêche de se confier alors qu'elles en auraient besoin.

 

Ce billet est également posté sur le blog jumeau : Eklablog a l'avantage de laisser les commentaires ouverts alors que Skynet les ferme automatiquement après six mois.

 

Crédit photos : photos personnelles, domaine public..

22/10/2016

Etre ou ne pas être carmélites : bis repetita non placent.

 

 

Le quotidien français Sud Ouest a fait paraître un article, ce vendredi 21 octobre 2016 où il rapporte la plainte portée par les parents d'une jeune carmélite entrée à Simacourbe contre la prieure qu'ils soupçonnent d'abus de pouvoir, d'abus de faiblesse et d'autres choses encore.

Nous avons commenté dans la note précédente différents articles de presse qui relate les errances d'une ancienne carmélite belge qui se présentait toujours comme telle alors qu'elle avait été relevée de ses voeux. Accueillie, en son temps, par Mgr Lagrange à Gap, elle et deux autres ex-carmélites s'installent dans le diocèse et se présentent pour ce qu'elles ne sont pas : des carmélites. Lorsque Mgr Di Falco succède à Mgr Lagrange, il met les points sur les i.

Les fausses-carmélites déménagent alors au diocèse de Bayonne où Mgr Aillet parvient à les réincorporer à l'ordre en les faisant entrer dans une branche conservatrice de celui-ci. Nous avions appelé à la plus grande prudence, vu les antécédents de la prieure et son parcours chaotique.

L'article du Sud Ouest n'est disponible que pour ses abonnés, mais d'autres quotidiens ont relayé l'information. Après avoir, en vain, alerté l'ordinaire du lieu, les proches de cette jeune femme font appel à la justice. France3   Aquitaine et Le Parisien nous exposent ici les faits.


Béarn : plainte contre une mère supérieure

Manipulation mentale, abus de pouvoir, négligence envers les santés ... ce sont les mêmes faits qui ont été reprochés à cette même personne il y a vingt ans en Belgique et il y a plus de dix ans à Gap. Pourquoi faut-il que l'histoire se répète ? Une saine prudence et discrétion n'aurait-elle pas pu empêcher ce beau gâchis ?