13/01/2013

Et ceux qui veulent partir ? On les en empêche ?

Départ 2.jpg

 

C'est la question qu'on vient de me poser, il n'y a pas longtemps. Empêcher physiquement quelqu'un de partir relèverait de la séquestration et tomberait sous le coup de la loi.

Donc non, on ne peut pas empêcher un religieux de s'en aller, s'il veut quitter sa congrégation, son monastère. Mais parfois, il y a des pressions. En général, la personne qui s'en va est en crise et cela peut peser sur l'ambiance de la communauté. Mais certaines personnes bien intentionnées croient qu'on peut résoudre la crise, avec un soutien approprié, des bons conseils, etc.

Il peut arriver que les supérieurs ne veulent pas voir la vérité en face : un moine sort nuitament rejoindre sa maîtresse, une religieuse perd la foi dans des éléments essentiels du catholicisme, une autre se sert de sa position d'économe pour puiser dans la caisse ... on temporise, on pense que le temps va arranger les choses, ...

Mais le temps n'arrange rien, il faut se rendre à l'évidence. Dans le meilleur des cas, la communauté ou la congrégation trouve un arrangement avec le ou la sortante. On lui remet un pécule de départ, on s'assure que le sortant à un endroit où aller.

Dans d'autres cas, il y aura des pressions pour temporiser, montrer les inconvénients qu'entraînera la sortie, on rechignera à aider financièrement le membre sortant, on coupera tout dialogue avec lui, le considérant comme un étranger. Cela peut arriver, mais ce n'est pas la norme. En général, les choses se passent plutôt bien. Les supérieurs finissent par se rendre compte que le départ est la meilleure solution pour tout le monde et surtout qu'il faut respecter le chemin de tout un chacun.

 

Crédit photos: The nun's story WB, capture d'écran

Les commentaires sont fermés.