25/03/2013

La religieuse de Diderot selon Nicloux, après visionnage.

Eh bien voilà qui est fait : j'ai vu le film de Nicloux en entier et je ne le regrette pas. Cela se laisse regarder avec plaisir. Je ne me suis pas ennuyé. Les comédiennes font honneur à leur rôle. Louise Bourgoin manque un peu de relief dans son interprétation. La diction est parfois négligée, ce qui gâche la perception de certains dialogues. Contrairement à ce que laisse voir la bande annonce , Pauline Etienne est digne et convaincante dans sa quête de liberté. Le film a du rythme et du souffle. 

 

religieuse de diderot,nicloux

Ceci dit, le film contient pas mal d'incongruités. Certaines sont dues à la plume de Diderot, d'autres aux raccourcis de Nicloux. En effet, en voulant simplifier la trame, le réalisateur a provoqué certaines incohérences.

 

Commençons par la première cérémonie. La mère de Moni parle à Suzanne d'accomplir son noviciat en prenant le voile. Or, ce qu'on appelait la prise de voile, alors, n'était pas l'entrée au noviciat, mais la profession. Nicloux fait à ce sujet de grosses confusions.


Une prise d'habit traditionnel se déroule comme suit : la candidate se présente en habit séculier, parfois festif ou même, les siècles derniers, en robe de mariée. A noter que la robe de mariée, blanche avec son voile, est une invention du XIXe siècle.

religieuse de diderot,nicloux

Elle est interrogée sur ses motivations par le prêtre qui préside la cérémonie. Le "dialogue" est issu du cérémonial de l'ordre ou de la congrégation. On y demande expressément si la candidate accomplit la démarche de son plein gré. Ensuite le prêtre bénit l'habit et le remet à la candidate. Celle-ci se retire avec la maîtresse des novices ou une autre sœur dans une pièce adjacente pour revêtir la robe et le voile. Dans certaines branches franciscaines, la candidate est dévêtue au chœur même, entourée de toute la communauté pour revêtir ensuite l'habit.  Si elle l'a quitté, la candidate revient au chœur. Selon l'ordre ou la congrégation, le prêtre peut donner ensuite les autres pièces de l'habit comme la ceinture, le scapulaire, le manteau de chœur quand il y en a un, avec une phrase qui exprime le symbolisme de cet élément. Mais ce n'est pas le cas partout.

A aucun moment on ne fait mention de vœux. On demande simplement à la candidate ce qu'elle demande, si elle est là de son plein gré, si elle désire persévérer et on l'assure de la prière de la communauté. A la fin de la cérémonie, la novice reçoit son nom de religion. Il suffit de taper "cérémonial de vêture et de profession" dans un moteur de recherche pour trouver facilement de vieux livres numérisés qui vous donneront tous les détails sur la façon dont cela se passait dans telle ou telle congrégation.

religieuse de diderot,nicloux

 

La cérémonie où Suzanne refuse de prononcer des vœux, alors qu'elle serait censée commencer un noviciat, est donc de la plus haute fantaisie. Une novice ne prononce pas de vœux, cela se fait à la profession. Elle ne vient pas non plus au chœur avec sa robe de religieuse. Celle-ci doit être d'abord bénite, puis reçue et revêtue. La couronne de fleurs se met après la cérémonie, quand la novice porte l'habit de l'ordre.

 

Dans le roman de Diderot, Suzanne accepte de prendre l'habit à cause des pressions qu'on exerce sur elle. Puis elle se résigne à "faire semblant" jusqu'à sa profession, pour qu'on la laisse tranquille. C'est au moment d'émettre ses vœux qu'elle annonce publiquement qu'elle refuse de faire profession. Rivette fait commencer son film par cet esclandre. Nicloux préfère tout mélanger au détriment de la vraisemblance et de la cohérence. Ne dit-il pas d'ailleurs dans une interview, qu'en matière de vie religieuse il s'est basé sur "l'imaginaire collectif" ? Il est vrai qu'aujourd'hui peu de personnes sont familiarisées avec les cérémonies initiatiques des monastères...

 

religieuse de diderot,nicloux

De même le détail du drap mortuaire. Dans certaines ordres et congrégations, surtout là où on suit la règle de St Augustin, les professes étaient symboliquement recouvertes d'un catafalque après avoir prononcé leurs vœux. Après, pas avant . Le refus de Suzanne fait qu'elle n'aurait jamais dû connaître cette étape.

 

Toujours dans le roman de Diderot, Suzanne quitte (la Visitation) Sainte-Marie pour la maison familiale où elle reste enfermée dans sa chambre. De guerre lasse, elle cède et accepte de se cloîtrer. Ses parents ont du mal à trouver un endroit où l'on voudrait d'elle après l'esclandre à Sainte-Marie. Elle finit par être acceptée à Longchamp, une abbaye de clarisses, réputée à l'époque du philosophe pour la beauté des offices. 

 

religieuse de diderot,nicloux

Nicloux prend le parti de la faire revenir dans son premier couvent, par la bonté de la mère supérieure. C'est le summum de l'invraisemblance. Jamais on n’accepterait de recevoir à nouveau une novice qui aurait publiquement refusé de prononcer ses vœux ou une postulante qui aurait refusé publiquement de prendre l'habit.  L'avis de la supérieure n'est pas tout puissant. L'admission d'une candidate doit être votée par le chapitre. Un supérieur ecclésiastique aurait pu même éconduire la candidate avant même qu'elle se présente.

 

On voit, à plusieurs reprises, Suzanne échanger quelques mots avec une autre sœur au réfectoire. Le réfectoire est un lieu "régulier", c'est à dire où tout se déroule selon les règles, on n'y parle pas. Les repas se déroulent en silence ; la seule voix autorisée est celle de la lectrice. Parfois la supérieure peut y faire certaines annonces, en fin de repas,  mais en aucun cas les sœurs ne parlent entre elles. Ou alors c'est que le relâchement du monastère est bien avancé. C'est arrivé dans certains monastères de l'époque, mais ce n'est pas une telle maison où les nonnes font tout et n'importe quoi que nous présente Nicloux.

 

religieuse de diderot,nicloux

Une fois la première supérieure décédée, on voit apparaître la nouvelle sortie de nulle part, au point que Suzanne ne doive poser la question : Qui est-ce ? Étonnant ! Les supérieures viennent rarement d'ailleurs. Elles sont élues par le chapitre du monastère. Pour Diderot, il s'agit bien d'une religieuse de la maison. Pourquoi Nicloux veut-il la faire venir d'un autre couvent ? Mystère et boule de gomme.

 

Plutôt que de faire demander du papier à sa supérieure, Nicloux envoie sa Suzanne le voler, nuitamment, à l'économat. Le hic, c'est que la nuit, toutes les portes des offices (des lieux de travail) sont fermées à clé. Suzanne était-elle initiée à la serrurerie ou armée d'un rossignol ? Lui avait-on appris à crocheter une serrure ?

 

religieuse de diderot,nicloux

On voit régulièrement Pauline Etienne en cheveux notamment dans les scènes qui se passent la nuit. Cela va à l'encontre des usages. Les nonnes portaient, à cette époque, une coiffe pour dormir, un voile de nuit. De même qu'il était interdit à une femme d'entrer tête nue dans une église, dans un lieu où l'on disait la messe. Il pouvait arriver qu'on retire son voile à une religieuse punie et qu'elle doive se retrouver en guimpe, mais jamais en cheveu. Le fait d'avoir les cheveux courts étaient considéré comme une humiliation, à l'époque. Donc, Suzanne qui se promène dans le château en déshabillé, sans rien sur la tête, c'est très invraisemblable.

 

Dans la scène de la mise à nu, on voit les habits s'entasser en paquet sur le sol. C'est peut-être très joli pour l'esthétique cinématographique mais dans les faits, l'habit est un élément béni qu'on traite avec respect. Quand on l'enlève on le plie et on le pose sur quelque chose. L'usage faisait qu'on baisait les pièces de l'habit avant de l'enfiler. Une supérieure qui fait distribuer des cilices ne permettrait pas qu'on traite n'importe comment le "saint habit". Pour continuer dans le même registre, Suzanne doit nettoyer le parquet à genoux, sa robe traîne sur le sol. Quand une nonne doit effectuer ce genre de travail, elle trousse son habit, c'est à dire, elle le relève jusqu'à la taille laissant voir la jupe qu'elle porte en dessous.

 

religieuse de diderot,nicloux

religieuse de diderot,nicloux

 

Une autre chose m'a mis mal à l'aise, c'est lorsque la supérieure vient rechercher Suzanne dans son cachot parce qu'elle a besoin d'elle pour le concert des "Ténèbres". S'il y a bien un moment dans l'année liturgique où un concert est mal venu, c'est bien la semaine sainte et l'office des Ténèbres.

Il faut savoir que l'abbaye de Longchamp où Diderot fait rentrer Suzanne pour son second essai n'était pas connu pour sa régularité (fidélité aux règles). Les gens huppés s'y rendaient en masse pour écouter les offices depuis qu'une cantatrice était entrée à l'abbaye. Le monastère n'a pas hésité à faire venir des chanteurs des choeurs de l'opéra pour relever ses offices. En attirant du beau monde, on attirait de généreuses aumônes, mais aussi des personnes galantes qui venaient là pour se montrer. L'affaire finit par faire scandale et l'archevêché de Paris interdit l'accès au chœur des nonnes pour ce fameux office des Ténèbres. Il dut se dire désormais, portes fermées. Dans la mesure où l'on représente une supérieure sévère, portée sur l'ascèse, il était mal venu d'employer le mot "concert" pour l'office des Ténèbres. Par ailleurs, il est difficile d'identifier la musique que les nonnes sont censées interpréter. Il est déjà étonnant d'entendre de la polyphonie dans de telles circonstances, mais je n'ai pu la comparer aux auteurs tels que Charpentier ou Couperin. Pour terminer, la Suzanne de Nicloux chante de la gorge et c'est assez désagréable à entendre. On est loin de la belle voix décrite par Diderot.

 

religieuse de diderot,nicloux

Après l'intronisation de Mère Christine, Suzanne en appelle contre ses vœux. On ne fait pas d'allusion, dans le film, à la mort de son père ni à celle de sa mère. Or il aurait été impensable qu'elle n'entame une telle procédure si ses parents n'étaient pas décédés, puisque c'étaient eux qui l'avaient poussé à se cloîtrer.

Le dialogue entre Suzanne persécutée par ses sœurs et l'archidiacre a été écourté et cela se fait au détriment du sens. Le prélat demande pourquoi Suzanne n'a pas de crucifix, elle lui répond qu'on le lui a enlevé. Dans le dialogue de Diderot, il lui demande aussi pourquoi elle n'a pas de rosaire ni de bréviaire, ce à quoi elle répond qu'on les lui a ôtés. Nicloux éclipse ces quatre phrases pour en venir directement à la question : comment priez-vous ? On peut très bien prier sans crucifix, cela n'a pas beaucoup de sens. Par contre sans rosaire ni bréviaire, les choses sont plus compliquées. Quoique l'héroïne de Diderot avait trouvé la solution : la prière du cœur.

 

religieuse de diderot,nicloux

L'avocat explique à Suzanne qu'il va en appeler au pape et lui demander son "nihil obstat". Si M. Manouri avait envoyé au pape le réquisitoire que lui fait écrire Diderot, il aurait connu quelques petits soucis avec le "saint office" (l'inquisition). En fait, la démarche pour être relevé de ses vœux se faisait d'abord auprès de l'officialité, c'est à dire les tribunaux ecclésiastiques. Si l'évêque n'accordait pas la dispense, la religieuse, ou le religieux, prenait un avocat et portait l'affaire devant les tribunaux civils, ce qu'on appelait à l'époque "le parlement". Le nihil obstat ne concerne pas les affaires de dispenses des vœux. C'est le terme par lequel les autorités ecclésiastiques approuvaient la publication d'ouvrages à caractère religieux.

 

religieuse de diderot,nicloux

On voit l'avocat accompagner Suzanne jusqu'à son nouveau couvent puis lui serrer la main, ce qui est tout à fait incongru : on ne touche pas une religieuse. A Saint-Eutrope, la nouvelle supérieure déclare à Suzanne : "Votre supérieure était ma petite élève à Port-Royal". Port Royal des Champs était une abbaye cistercienne haut lieu du jansénisme. Elle fut détruite et ses religieuses dispersées en 1710. Elle avait une succursale à Paris, également appelée Port-Royal, qui fut cédée à la même époque et pour les mêmes raisons, à des visitandines. Celles-ci y restèrent jusqu'à la révolution française en se dévouant à l'éducation des petites filles. Le hic c'est que la mère de St Eutrope est une annonciade et non une visitandine. Comment aurait-elle pu avoir comme élève mère Christine qui serait devenue ensuite supérieure d'un couvent d'un ordre inventé par Nicloux? De surcroît, ce genre de détails n'apportent rien.

 

religieuse de diderot,nicloux

Pour en terminer avec les incohérences, il y a la scène de la confession à la chapelle, sans confessionnal, sans grille, sans voile. Le concile de Trente a imposé qu'il y ait une grille entre le prêtre et le pénitent. Pour pallier à l'incommodité des églises, Charles Boromée a imaginé ce petit cagibi qui protégeait le prêtre du froid durant les longues séances de confession : le confessionnal. De plus, un prêtre ne pouvait regarder une femme dans les yeux. En l'absence de grille, la religieuse aurait du avoir un voile devant le visage, comme c'était l'usage avant l'introduction du grillage.  Enfin, il est plaisant, après avoir vu Suzanne se promener en cheveux la nuit tout le long du film, de voir la supérieure saphique être mise au lit en habit, après l'une de ses crises de folie.

 

Crédits photos : La religieuse de Nicloux, Le Pacte ; Cérémonial des Capucines, Cérémonial des Adoratrices du Sacré Coeur, numérisés par Google ;Prise d'habit aux carmélites, par Jules Rougeron,; Abbaye ND du vivier ; Départ des annonciades de Menton : Fr3 ;Diurnal du bréviaire, numérisé par Google ; autres images libres de droit.

10/03/2013

A propos de la religieuse de Diderot et de ses adaptations

Plutôt que d'éditer ma dernière note pour lui insérer ces précisions, je préfère les mettre dans ce petit billet.



Le premier couvent de Suzanne

 

Le premier couvent où Suzanne est placée comme pensionnaire est appelé "Sainte-Marie". Il s'agirait, selon certains commentateurs, de la visitation sainte Marie. L'ordre de la Visitation vaut bien la peine qu'on s'y attarde. Il est fondé par l'évêque de Genève, François de Sales, une jeune veuve Françoise de Chantal et ses compagnes.

 

Au point de départ, les religieuses avaient pour mission d'aller visiter et de réconforter les pauvres et les malades. Mais, à l'époque, on voit d'un mauvais oeil que des religieuses sortent de leur couvent. Malgré tous ses efforts, François de Sales se voit contraint d'accepter, pour ce nouvel ordre, une clôture papale, bien loin de son projet initial. Les nonnes seront cloîtrées et vouées à la contemplation. Cependant, cette nouvelle famille religieuse garde tout de même la particularité d'accueillir des femmes âgées, de santé fragile ou handicapées. Les soeurs suivent la règle de saint Augustin.

 

Temple_Sainte-Marie_rue_Saint-Antoine_4.jpg

 

Dans certains monastères, les visitandines se mettent à accueillir des pensionnaires et tiennent école au sein de leur clôture.  Ce type d'activités semble avoir pris fin avec le concile Vatican II. Il y a eu un couvent de la Visitation à Paris qui  fut fermé puis démoli à la révolution française. Seul en subsiste l'ancienne chapelle qui a été affectée au culte protestant en 1802.

 

L'habit est décrit ainsi dans les constitutions originelles: une robe noire, coupée comme un sac, mais assez ample pour former des plis à la taille, une ceinture, des manches d'une largeur qui permet d'y cacher ses mains, une guimpe de type barbette, un bandeau noir et un voile noir.

Elles portent également une croix d'argent passée à un ruban. La guimpe est carrée, elle est fixée aux épaules, sans doute par des épingles, elle ne balotte pas de droite à gauche. Il n'y a pas de scapulaire. 

 

religieuse de diderot

religieuse de diderot

 

 

Rivette garde un seul costume pour tout le film. C'est que la trame prime sur le reste, les décors et les costumes passent à l'arrière-plan. Nicloux garde deux couvents sur les trois et compose un habit de son cru, éloigné de ce qu'un oeil averti peut considérer comme plausible.

 

Les costumes sont, non seulement fantaisistes, mais en plus ils sont mal portés. Il est vrai que, du temps de Rivette ou de Zinnemann, les quidams avaient l'habitude de croiser des nonnes en grand habit, certains détails devaient aller de soi. Un scapulaire à bretelles doit être tenus aux épaules par des épingles pour l'empêcher de balloter. Une barbette rectangulaire doit être fixée également par des épingles pour rester parallèle aux épaules et ne partir de travers quand la religieuse penche la tête.

 

religieuse de diderot

 

religieuse de diderot

Les voiles des religieuses du premier couvent sont souvent mal posés. Un voile n'est pas fait pour couvrir les clavicules et descendre sur la poitrine, on le laisse pendre vers l'arrière, il ne dépasse généralement pas l'épaule, même s'il est très long. Dans le film de Nicloux, on a parfois l'impression que les nonnes portent un linge posé n'importe comment sur la tête. Une fois sur deux, il est mal agencé. Un voile qui vient trop en avant est une gêne pour les mouvements des bras. 

      religieuse de diderot,nicloux

 

Le scapulaire qui va d'un côté, la guimpe de l'autre, le voile qui tombe n'importe comment et les bras ballants, ça ne présente pas très bien sur une nonne censée incarner le modèle de la bonne religieuse. Il faut savoir que le "désordre dans la tenue" constituait une coulpe, une faute extérieure dont il fallait s'accuser au chapitre, à l'époque.

 

Déhabillage ou pas ?

 

Voici le texte :

Et à l’instant je leur tendis les bras. Ses compagnes s’en saisirent. On m’arracha mon voile ; on me dépouilla sans pudeur. On trouva sur mon sein un petit portrait de mon ancienne supérieure ; on s’en saisit : je suppliai qu’on me permît de le baiser encore une fois ; on me refusa. On me jeta une chemise, on m’ôta mes bas, on me couvrit d’un sac, et l’on me conduisit, la tête et les pieds nus, à travers les corridors.

 

Dépouiller signifie bien "déshabiller" à cette époque, et pudeur a le même sens qu'aujourd'hui. Faut-il en déduire que Diderot signifie qu'on a mis Suzanne dans le plus simple appareil ? Sein peut avoir le sens qu'il a aujourd'hui, il peut aussi désigner la région de la poitrine. Cette partie du corps est-elle entièrement nue pour autant ? Je le rappelle, on dit des personnes en chemise qu'elles sont nues, en ce temps-là.  Il est vrai qu'on jette ensuite une chemise à Suzanne, ce qui laisse entendre qu'on lui aurait ôté celle qu'elle avait — au XVIIIe siècle les femmes ne portent rien en dessous de la chemise. Mais elle pourrait très bien serrer celle dont on l'a dépouillé tout contre elle. Et pourquoi attend-on qu'elle ait passé cette chemise pour lui ôter ses bas, tant qu'à faire ? Il aurait fallu poser la question à Diderot pour en être sûr.  Ceci dit, le déshabillage intégral relève bien plus du phantasme que de la réalité.  D'ailleurs, dans la scène où Diderot décrit la discipline en public, la communauté voit Suzanne de dos  et elle ne se découvre que jusqu'à la ceinture.

 

Les conventions de l'époque empêchent Rivette, qui s'est fait censuré pour moins que ça, de montrer ou même de suggérer une telle mise à nu. Nicloux flirte avec les prises de vue lascives, les chemises translucides et la mise à nu de Suzanne.

 

 

 

Crédits photos: temple du marais : Clelie Mascaret, creative commons; La religieuse, Nicloux, le pacte, capture d'écran.